THISE

Commune du Doubs (25)
Canton 7 Besançon 4

Altitude : Mini 244 m  / Maxi 422 m 
Coordonnées géographiques :
Latitude : 47.282222  Longitude : 6.075278
Superficie : 893 ha , dont 393 ha boisés
Habitants : 3229 (1er janvier 2015) appelé Thisiens et Thisiennes

 

Situation générale

Thise occupe un site pittoresque de vallonnements entre la colline de Montfaucon et le massif de Chailluz. C'est une ville très ensoleillée et bien protégée côté nord par le massif  boisé. De la colline des Buis située à 352 m d’altitude, on découvre un point de vue exceptionnel sur Montfaucon, proche du point géodésique à 616 m, avec son château médiéval, ainsi que la rivière du Doubs qu’enjambe le pont de Chalèze, doublée du fin canal du Rhône au Rhin, mais aussi la plaine alluviale dite de Thise et son aérodrome. C’est dans la forêt de Thise au lieu-dit "la Gruerie", non loin de la route de Rufille qu’on trouve le point le plus élevé du domaine communal à 420 mètres. Le point le plus bas de la commune, à 244 m, étant situé  au confluent du ruisseau du Trébignon avec le Doubs.

La ville, séparée des rives du Doubs par la voie ferrée et le terrain d’aviation, n’est distante de Besançon-centre que de 6,8 km. Elle a connu un développement assez spectaculaire depuis 1960.
 

Un peu d’histoire du lieu

La vallée du Doubs, voie naturelle de passage au débouché de la porte du Rhin, a dû être empruntée par des tribus itinérantes de l’époque préhistorique puis par les hordes guerrières à des époques plus tardives. La découverte successive d’objets datant des époques paléolithiques (2,5 / 3 M à 8 000 années avant notre ère) et mésolithiques (- 8 000 à - 5 500 avant J.-C.) révèle une présence humaine très ancienne sur le territoire.

Dès 1838, E. Clerc notait l’existence d’une « villa gallo-romaine » au lieu dit "les Andiers", de nouveaux sondages, réalisés en 2001 sur la zone, confirmaient cette révélation. Il est donc fort probable qu’il y eut une présence des romains sur ce site, du premier au quatrième siècles.

 

Quelle est donc l’origine du nom ?

Toponymie : au fil des années, on trouve THYSIA en 1090, IN VILLA THISIA en 1097, TYSIA en 1135, TISIA en 1160, TISSE en 1200, TYSIA en 1233, THISE en 1247, THYSE en 1281, TISE en 1309, TIZE en 1486, THISE depuis 1652... à nos jours (depuis 1779 dit un autre écrit !).

En janvier 2014, le nombre d’habitants est de 3266 (il était de 467 en 1954 !), avec une densité faible en raison des surfaces boisées. Le bourg de Thise est répertorié au 3077e rang dans le classement national des localités selon leur population.
 

Centres d’intérêt de Thise

Parmi les bâtiments anciens citons l’église reconstruite en 1828/29 (architecte Pinchaux) et bénie le 26 octobre 1829 par le Duc de Rohan-Chabot, archevêque de Besançon. Le beau bâtiment de « la maison commune » prend place dans la rue principale peu après, en 1864 (architecte Ducat).

 

Hangars d’aviation En 1938, l’armée de l’air déclare le camp d’aviation de Thise "aérodrome de dégagement" pour les bases de Dole et Luxeuil. Deux hangars accolés de type "Eiffel" sont alors construits en bordure du terrain. Ces deux constructions ont été classées à l’Inventaire des Monuments Historiques le 21 juin 2007. Au cours des années, des dégradations sont apparues ; un projet de remise en état est en cours.

 

Tableaux de l’église Quatre grands tableaux, toiles peintes avec encadrement en bois, ornent l’intérieur de l’église. Ils représentent des scènes religieuses et sont inscrits à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques.

 

 

 

Site de Notre-Dame de la Libération de Thise Un monument avec une magnifique statue de la Vierge Marie, érigée sur la colline qui surplombe l’église, a été inauguré le 12 mai 1946, suite à un vœu des paroissiens prononcé le 15 août 1944 à la chapelle de N.D. de Beaupré, peu avant la libération. Ce lieu est également le seul point de vue, très accessible, sur le village et la vallée du Doubs ; une table d’orientation (ou d’interprétation du paysage) a été installée en décembre 2010.

 

Sentier forestier botanique des Vaux Un "sentier découverte interactif" a été mis en place en novembre 2010 dans la forêt des Vaux. Sur un parcours en boucle d’un kilomètre, 13 bornes sont disposées aux pieds d’arbres d’essences différentes. De plus, une aire de pique-nique disposant d'un barbecue complète ce bel aménagement.